En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Actualités

Traces de l'oubli : H, une machine au service des nazis

Par AMANDINE SOURT, publié le jeudi 23 janvier 2020 11:48 - Mis à jour le jeudi 13 février 2020 16:35
Élèves et la guide autour de la maquette du ghetto de Varsovie
Un documentaire sonore réalisé par les élèves de Terminales générales.

En amont de la visite du Mémorial de la Shoah de Paris, en octobre dernier, les élèves de Terminale ont mené une enquête sur le thème "Engagement et responsabilité des grandes firmes dans le régime nazi." En s'appuyant sur trois disciplines (Histoire, SES et Lettres), ils se sont plus particulièrement intéressés au "Cas de la société Dehomag, ou la machine Hollerith et la dialectique de la trace".

 

Le documentaire sonore résultat de leurs travaux et à découvrir ici.

Écoute au casque vivement recommandée.

 

Crypte du mémorial de la Shoah, falmme du souvenir sur une étoile de David en pierre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Synopsis:    

La présence d’un « Hollerith Abteilung » dans les camps, du nom de la machine qui a contribué au fichage des déportés et de leurs biens, témoigne d’une part de la rationalisation de l’administration nazie dans son entreprise d’extermination des Juifs et d’autre part des liens entre les pouvoirs économique et politique. La carte perforée de 12 x 6 cm devient aussi le symbole de l’effacement systématique des individus. Elle sera donc, pour les lycéens, le point de départ d’une réflexion sur la responsabilité, sur l’indispensable témoignage, et enfin sur la trace à reconstruire comme acte de mémoire. C’est donc en étudiant la place du travail forcé dans l’histoire du génocide qu’ils interrogeront les logiques mises en œuvre tant sur le plan politique, économique que langagier.